Version PDF

Dépression

20 déc 2010

Dépression, mélatonine et agomélatine

Dr B. Etain

Des observations cliniques à la physiopathologie Le noyau suprachiasmatique de l’hypothalamus représente une sorte de « pacemaker » cérébral qui coordonne les rythmes circadiens. La dérégulation des rythmes circadiens est une caractéristique commune de certains troubles psychiatriques comme la dépression, la manie ou la dépression saisonnière, et peut, pour chacun de ces troubles, se manifester par une périodicité des récurrences, des variations diurnes des symptômes, des réveils matinaux précoces ou des anomalies des rythmes du sommeil. Les anomalies des rythmes circadiens chez les patients dépressifs ne se traduisent pas uniquement sur le plan de la symptomatologie clinique, mais affectent également les rythmes de sécrétion hormonale, les variations nycthémérales de la température centrale ou de la sécrétion de mélatonine. Dans la dépression, des anomalies du sommeil sont classiquement décrites : insomnie, réveil matinal précoce, anomalies des cycles veille/sommeil, toutes ces modifications ayant été rapportées dans la dépression unipolaire et bipolaire. Ces anomalies précéderaient les rechutes thymiques. Certaines thérapeutiques pourraient avoir une efficacité antidépressive médiée par une action sur les rythmes circadiens comme les antidépresseurs, la privation de sommeil, la luminothérapie, plus récemment, les agonistes des récepteurs mélatonergiques, et même certaines psychothérapies visant à stabiliser les rythmes circadiens. De la physiopathologie au traitement ciblé L’agomélatine dispose d’un profil d’action original. Il s’agit d’un agoniste des récepteurs mélatoninergiques MT1 et MT2 qui a également des propriétés antagonistes des récepteurs sérotoninergiques 5HT2c. L’agomélatine est proposée dans le traitement des épisodes dépressifs majeurs caractérisés, avec plusieurs études de phase III versus placebo ou comparateurs disponibles. Son efficacité est supérieure à celle du placebo et au moins équivalente à celle observée avec les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS) (et de la noradrénaline - IRSNA). Par contre, son profil de tolérance semble supérieur à celui des IRS ou des IRSNA, notamment avec une diminution des plaintes concernant les troubles du sommeil sans sédation diurne, et ce, dès la première semaine de traitement. Il n’existerait pas de risques liés à l’arrêt brutal du traitement par agomélatine.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité