Version PDF

Neuropathie

20 déc 2010

Douleurs neuropathiques : des antidépresseurs aux antiépileptiques

Louis Elgozi
Les médicaments restent le traitement de choix des douleurs neuropathiques. Parmi ceux-ci, les antidépresseurs tricycliques et leurs analogues sont encore en première ligne selon les recommandations de l’American Pain Society qui se base sur une récente métaanalyse de 9 études randomisées versus placebo. Cette métaanalyse fait état d’un effet certain, bien que limité sur la douleur.
Autre voie d’abord très intéressante dans les douleurs neuropathiques, les antiépileptiques approuvés dans cette indication et les névralgies postzostériennes semblent pouvoir apporter un certain bénéfice. Du moins pour la prégabaline qui a été testée à plusieurs doses (150, 300 et 450 mg/j) dans une étude à 8 semaines, avec un bénéfice certain pour la dose la plus élevée sur la douleur, la fatigue, le sommeil et la qualité de vie. D’autres produits ont également été testés : le pindolol, un bêtabloquant, le pramipexole, le tramadol avec des bénéfices qui demandent encore à être évalués de façon plus approfondie. Quoi qu’il en soit, deux constantes reviennent dans ces études : l’intérêt de l’exercice physique et l’importance majeure de l’adhérence thérapeutique. Quant à l’acupuncture, elle semble ne trouver place que dans le cadre d’une prise en charge multidisciplinaire.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité