Version PDF

Thérapeutique

20 déc 2010

Efficacité de l’interféron bêta-1a dans la SEP de type récurrent/rémittent

Dr Isabelle Birden
PRISMS est une étude pivot de phase III ayant évalué l’interféron bêta-1a (IFN b-1a) en sous cutané dans la SEP de type récurrent/rémittent (RRMS pour relapsing-remitting MS). 
  Scores EDSS élevés En utilisant les données de PRIMS, B. Singer et coll. montrent que l’ IFN b-1a en SC (44 microg 3 fois par semaine) est efficace chez les patients ayant des scores EDSS (Expanded Disability Status Scale Scores) élevés, supérieurs à 3,5 (1). Après un suivi de 2 ans, le nombre moyen de rechute est de 1,2 dans le groupe traité (n=31) versus 3,1 dans le groupe placebo (n=28 ; p<0,0001) et près d’un tiers des patients sous IFN b-1a (32,3 %) n’ont pas rechuté versus 7,1 % dans le groupe placebo (p=0,0177). A 2 ans, le temps médian avant la survenue d’une nouvelle poussée était de 10,6 mois dans le groupe IFN b-1a et de 2,8 mois dans le groupe placebo (p=0,0012). Stade précoce Par ailleurs, en s’appuyant également sur les données de PRISMS, P. Coyle et coll. confirment l’efficacité de l’ IFN b-1a versus placebo chez 69 patients RRMS au stade précoce (défini par une durée de la maladie de 3 ans ou moins et un EDSS<2) (2). Après un suivi de 2 ans, le nombre moyen de rechute est de 3,1 dans le groupe traité (n=38) versus 3,5 dans le groupe placebo (n=31 ; p<0,0001). Plus de la moitié des patients sous IFN b-1a (52,6 %) n’ont pas rechuté versus 22,6 % dans le groupe placebo (p=0,0109). A 2 ans, le temps médian avant la survenue d’une première poussée était de 24,2 mois dans le groupe IFN b-1a et de 6 mois dans le groupe placebo (p=0,0046). Quid des doses cumulées ? Enfin, une analyse des données de PRIMS à long terme (PRIMS LTFU), qui a permis un suivi clinique et IRM des patients pendant plus de 8 ans, montrent que ceux qui ont bénéficié des doses cumulées les plus importante d’ IFN b-1a (dose médiane de 46,60 mg), comparativement à ceux qui ont reçu les doses cumulées les plus faibles (dose médiane de 10,79 mg), sont plus nombreux à ne pas rechuter (15, 8 % versus 7,3 % respectivement) : ils ont un taux annuel moyen de rechute plus faible : 0,52 vs 0,72 et moins de nouvelles lésions IRM (évaluation annuelle) (3).

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

Articles sur le même thème

publicité
publicité