Version PDF

Congrès

19 déc 2010

58e congrès de l'AAN. AVC aigus : une dose de charge de clopidogrel serait bénéfique à long terme

Dr Giovanni Alzato
AAN. San Diego - 13 avril 2006. Les accidents vasculaires cérébraux (AVC), qu'il s'agisse d'accidents ischémiques transitoires (AIT) ou constitués avec un déficit neurologique permanent, posent un problème thérapeutique souvent délicat.
L'objectif est à l'évidence d'éviter les récidives, tout en améliorant la situation clinique. Rappelons que l'incidence des AIT ou des AVC légers ou modérés serait d'environ 10 % à 1 semaine et de 18 % à 3 mois. L'idée d'utiliser des doses de charge d'un anti-agrégant plaquettaire puissant comme le clopidogrel pour diminuer les récidives est à l'origine de cette étude d'observation présentée à l'AAN. 488 malades qui ont tous consultés dans une unité spécialisée dans la prise en charge des «AVC aigus » ont ainsi été évalués entre le 1/7/03 et le 30/6/05. Dans 274 cas, il s'agissait d'un AIT ou d'un AVC ischémique léger ou modéré et 39 % de ces patients (106/274) présentaient une athérosclérose touchant les petits ou les gros vaisseaux. Les malades finalement inclus dans l'étude n'avaient reçu ni thrombolytiques ni héparine. Ils ont en revanche bénéficié d'une dose de charge de 300 mg de clopidogrel dans les 24 heures après l'apparition des premiers symptômes. Les événements et les critères retenus pour apprécier l'évolution ont été les suivants : décès d'origine vasculaire, AVC, AIT, hémorragies et intolérance au clopidogrel. La fréquence de ces critères d'évaluation a été estimée à 0 % à 1 semaine, 2,8 % à 1 mois, 4,7 % à 3 mois, 7,5 % à 6 mois et > ou égale à 15,1 % à un an, ceci en tenant compte des malades qui ont été sortis de l'étude du fait des récidives ischémiques, de la nécessité d'interrompre le clopidogrel ou encore du recours à une intervention vasculaire. Les résultats de cette étude d'observation suggère que le clopidogrel prescrit initialement sous la forme d'une charge de 300 mg dans les 24 heures qui suivent un AVC ou un AIT pourrait améliorer le pronostic neurologique et cardiovasculaire à moyen et long terme. Une étude contrôlée s'impose cependant pour évaluer cette hypothèse avant qu'elle ne trouve des applications concrètes.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité